ACTUALITES

Ford Fiesta Sprint Cup - Spa Euro Race : De nouveau Ford Peerlings, Philippe Huart et Tomas De Backer

18/07/2022
CIRCUIT


Le week-end a été ‘hot’ sur le Circuit de Spa-Francorchamps lors du week-end de Spa Euro Race. De nombreux incidents ont émaillé des deux courses, alors que les concurrents de la Ford Fiesta Sprint Cup belgo-néerlandaise partageaient la piste avec la Mazda MX-5 Cup.  

 

Race 1: La victoire malgré tout pour Philippe Huart 

 

Sur base du Top 5 inversé, le Néerlandais Gianni Van de Craats était le plus prompt au moment de l’envol, conservant le meilleur sur un impressionnant Ellis Spiezia, parti depuis la deuxième place, et donc premier ‘Belge’, position qu’il allait défendre jusqu’à l’entame des Combes ! C’est à cet instant que le Finlandais Rajala était touché, partant en toupie, ce qui entraînait la perte de Van Soelen, Van Lil et Abeloos. S’en suivait directement une procédure Safety-Car, histoire que le Finlandais puisse être libéré de l’épave de son bolide, avant d’être transféré pour un check-up au centre médical.   

 

Après nettoyage de la piste, un restart s’en suivait, avec une épreuve dont la durée était ramenée à 25 minutes. Sans les infortunés Rajala, Van Soelen, Van Lil et Abeloos. Philippe Huart parvenait à se porter rapidement aux commandes – après une manœuvre impressionnante dans Blanchimont – pour ensuite prendre les devants sur un petit groupe composé de Van de Craats, Spiezia, De Backer, Czyz, Roodenburg, Olejniczak, Vanspringel et un peu plus loin Pauwels. Après que Vanspringel soit passé par le bac à graviers de Blanchimont, et que De Backer se soit propulsé en deuxième position avec le leader Huart en point de mire, Wim Coekelbergs était contraint de s’immobiliser en bord de piste, boîte de vitesses hors d’usage. La #95 Azerti s’arrêtait juste avant la ligne d’arrivée, dans une position délicate, ce qui obligeait la direction de course à neutraliser l’épreuve via Virtual Safety Car. A cet instant, Huart menait toujours le classement général devant De Backer, tandis que le Top 3 belge était complété par un Spiezia une fois encore en forme, qui précédait Pauwels, Vanspringel et Feyaerts. Dès l’instant où la voiture de Coekelbergs était dégagée, la procédure de neutralisation se prolongeait, l’une des Mazda ayant perdu une roue.    

 

Lorsque la course pouvait enfin reprendre ses droits, cinq minutes restaient à disputer, et force est de reconnaître que le groupe des Fiesta, très compact avec quatre voitures sur la même ligne, était impressionnant, voire inquiétant ! Mais contrairement à ce qu’on pouvait craindre, tout se passait pour le mieux aux Combes, puis plus tard à Blanchimont, et un pilote était parvenu à quelque peu s’isoler aux commandes, en l’occurrence Tomas De Backer. Dans son dos suivaient Roodenburg, Olejniczak, Czuz et Huart (qui s’était laissé surprendre lors du restart), en lutte pour la deuxième place dans le match virtuel Belgique/Pays-Bas, avec dans leur dos Pauwels (‘Je ne me suis jamais senti à l’aise’), Van de Craats et Spiezia, qui avait perdu quelques places au sein de ce peloton tumultueux. A l’entame du dernier tour, De Backer conservait le meilleur au classement général devant Olejniczak.  

 

Après contrôle des images on-board – d’origine diverse -, il apparaissait que Tomas De Backer était reconnu coupable de l’accident impliquant Rajala, ce qui lui coûtait quatre places au classement général de la course (et deux points sur sa licence), mais au classement belge, le pilote de la #97 Ford Peerlings sauvait une deuxième place et les points qui l’accompagnent, derrière le ‘vainqueur’ Philippe Huart, mais devant Kobe Pauwels. Ce qui signifie que Ford Peerlings monopolisait l’intégralité du podium, Philip Peerlings recevant fièrement la coupe du vainqueur dans le Ford Dealer Team Championship.  

 

En catégorie Junior, De Backer était déclaré vainqueur devant Kobe Pauwels et le nouveau-venu Ellis Spiezia. Dans le Dutch Belgian Super Star, le Polonais Aleksander Olejniczak s’imposait au classement général devant Philippe Huart et Sen Roodenburg.  

 

Classement Course 1: Huart, 7 tours; 2. De Backer; 3. Pauwels, à 1.138; 4. Spiezia, à 2.182; 5. G. Vanspringel, oà 5.806; 6. Feyaerts, à 13.721; 7. Coekelbergs, à 6 tours; Non-classés : Van Lil, Abeloos.  

  

Classement Course 1 Dutch Belgian Super Star: 1. Olejniczak; 2. Huart; 3. Roodenburg, 4. Van de Craats; 5. De Backer; 6. Pauwels; 7. Czyz; 8. Barewijk: 9. Spiezia; 10. Kosterman; 11. Zagorski; 12. G. Vanspringel; 13. Feyaerts; 14. Cox; 15. Coekelbergs. Non-classés : Rajala, Van Soelen, Van Lil, Abeloos.  

 

Course 2: Tomas De Backer prend la totalité de la mise 

 

La deuxième épreuve se déroulait également de manière tumultueuse. Kobe Pauwels profitait à fond de sa ‘pole position’ belge pour se porter aux commandes de l’ensemble de la meute Ford, tandis que dans les rangs belges, on relevait les absences de Van Lil et Coekelbergs. Dans Blanchimont, les choses se passaient moins bien pour le pilote de la #196 Ford Peerlings : l’auto partait en travers, et elle terminait sa course contre le mur de pneus en marche arrière, et si le pilote se plaignait du dos – il était resté conscient -, les services de secours le dégageaient avec la plus grande prudence de l’habitacle de son bolide, pour le conduire à l’antenne chirurgicale du circuit.  

 

La Safety-Car était de sortie, avant que la course ne soit arrêtée au drapeau rouge. Avec 22 minutes encore à disputer, s’en suivait un restart, avec Tomas De Backer déboulant dans le Raidillon devant Van Soelen, que le jeune Belge maintenait derrière lui… mais le Polonais Olejniczalk partait à son tour à la faute, percutant les rails de protection dans le Raidillon. S’en suivait une nouvelle neutralisation. Lors d’une énième relance, l’avantage allait à Alan Czyz, l’autre Polonais de service, fidèle concurrent de la coupe de marque Ford belgo-néerlandaise. Il était flanqué d’un petit groupe aux commandes duquel on retrouvait Philippe Huart, devant Van Soelen et De Backer.  

 

Un tour plus loin, Huart remettait de l’ordre dans les affaires, et dans son sillage, Czyz avait toutes les difficultés à contenir les assauts de De Backer, Van Soelen et Roodenburg. Le Polonais de la #46 Nowicki Auto Serwis réussissait néanmoins à prendre la fuite, faisant la jonction avec Huart. D’autres revenaient aussi sur le pilote belge, et c’est un groupe compact qui ferraillait au passage des Combes. Une fois encore, Huart prenait le meilleur, tandis que Roodenburg se propulsait en 2ème position devant De Backer et Czyz. Dans ce qui allait devenir le dernier tour, Huart se laissait surprendre par l’attaque de Roodenburg, dégringolant même en 4ème position. Au sommet du classement, De Backer donnait le maximum pour remporter la victoire dans les rangs belges – il parvenait même à s’immiscer entre Van Soelen et Czyz – mais au final, il devait laisser filer Roodenburg, Van Soelen et Czyz, se contentant de la 4ème place au classement du Dutch Belgian Super Star réunissant les concurrents ‘belges’ et ‘hollandais’, Bas Koeten Racing se chargeant de réaliser un plantureux doublé.  

 

Dans la hiérarchie belge, le pilote de la #97 Ford Peerlings réalisait par contre une bonne affaire. Il remportait la totalité de la mise devant Philippe Huart et un étonnant Ellis Spiezia. Le jeune Américain s’était battu en piste avec Geoffrey Vanspringel, et il prenait la 2ème place chez les Juniors derrière De Backer. Tom Feyaerts prenait de son côté le meilleur sur son collègue concessionnaire Ford Benjamin Abeloos, après que le pilote Ford AB Automotive se soit montré plus rapide lors des qualifications que l’expérimenté pilote/propriétaire de FordStore Feyaerts. Dans le Ford Dealer Team Championship, Ford Peerlings réalisait un nouveau doublé, avec le duo De Backer-Huart.   

 

Prochain rendez-vous, soit le quatrième de la Ford Fiesta Sprint Cup 2022, les 5, 6 et 7 août sur le TT Circuit Assen, avec les traditionnels Jack’s Racing Days.

 

 

(communiqué de presse)