ACTUALITES

Ford Fiesta Sprint Cup – Zolder Superprix : Philippe Huart, Tomas De Backer et Ford Peerlings partagent l’enjeu !

13/06/2022
CIRCUIT


Lors de deux sprints tout simplement passionnants sur le front de la Ford Fiesta Sprint Cup, Philippe Huart et Tomas De Backer ont offert la totalité de la mise à Ford Peerlings. Une issue qui n’était pas cousue de fil blanc… 

 

Course 1 : Philippe Huart, enfin ! 

 

Il est souvent parti depuis la pole position, s’est régulièrement battu pour la victoire, mais au final, l’un ou l’autre incident, voire un départ moins réussi, lui a fait louper la plus haute marche du podium. Cette fois, le vétéran Philippe Huart a pu donner sa pleine mesure jusqu’à la victoire, mettant un point d’honneur à contenir jusqu’au bout un Senna van Soelen très entreprenant !  

 

Comme le stipule le règlement, la grille de départ en vue de la Course 1 consistait au Top 5 des qualifications inversées, ce qui signifie que Wim Coekelbergs s’élançait depuis la ‘pole position’ en direction du Premier Gauche, qu’il abordait en leader d’une meute belgo-néerlandaise, poursuivi par le Finlandais Veeti Rajala, Giovanni Van Lil – au volant d’une voiture louée à MV-auto -, le Polonais Alan Czyz et l’inusable Philippe Huart. Le Finlandais du clan EJ Automotive s’installait assez rapidement aux commandes – Coekelbergs dégringolait dans le peloton -, avant d’être pris en chasse par le duo Peerlings composé de Huart et De Backer. Kobe Pauwels misait de son côté sur une course d’attente – J’ai considéré cette première course de sprint comme une sorte de test grandeur nature -, pointant au 7ème rang général, tandis que Van Lil, après un contact avec Huart, avait dégringolé au 9ème rang.  

 

Huart et De Backer se retrouvaient dans le sillage du leader Rajala, et après que De Backer se soit facilement débarrassé de son équipier Huart, la #97 Wiseco Peerlings se retrouvait solidement en tête de la course, avec Rajala 2ème et Huart 3ème. Pauwels poursuivait son apprentissage, entamant une lutte de tous les instants avec le Hollandais Senna van Soelen et Aleksander Olejniczak.  

 

Devant, personne ne tenait le rythme de De Backer, tandis que Huart parvenait, au prix d’une manœuvre intelligente, à se porter devant Rajala, renvoyé en 3ème position. Le Finlandais devait ensuite subir les assauts des Hollandais van Soelen et Van de Craats, en plus de… Pauwels, avec pour enjeu la 3ème place dans le Dutch Belgian Super Star. Ce qui signifie qu’un podium 100% Peerlings était envisageable !  

 

Mais au 9ème tour, la Fiesta #98 noire et verte disparaissait soudain de la première place : la #97 de De Backer était contrainte de s’immobiliser sur les bas-côtés, câble de gaz cassé ! Ce qui signifie que le leader Huart devait se battre pour contenir jusqu’au passage du drapeau à damier Senna van Soelen et Kobe Pauwels, définitivement passés devant le Finlandais Rajala.  

 

Au Dutch Belgian Super Star, la coupe du vainqueur revenait donc à Philippe Huart, devant Senna van Soelen et Kobe Pauwels. Sur le podium belge, aux côtés d’Huart, vainqueur, et Pauwels, son dauphin, on voyait surgir un Giovanni Van Lil revenu de nulle part, tandis que Philip Peerlings s’en allait réceptionner la coupe du vainqueur dans le Ford Dealer Team Championship ! Le ‘poleman’ Wim Coekelbergs terminait 4ème devant Tom Feyaerts et Benjamin Abeloos. Geoffrey Vanspringel, qui pilote la Fiesta ex-Nathan Vanspringel, avait été contraint de repasser par la pitlane afin de refixer un hayon détaché.   

 

Philippe Huart : “J’ai pris un bon départ, et une fois que j’ai pu m’extirper de l’agitation des premiers tours sans le moindre dommage, j’ai vu Tomas (De Backer) apparaître dans mon rétroviseur. Tomas est plus rapide, et je l’ai immédiatement laisser filer. C’était également une manière d’éviter que le peloton de chasse puisse faire la jonction avec nous. Au bout du compte, j’ai décroché la première place, dès l’instant où Tomas a été malchanceux. Les derniers tours ont été excitants puisqu’il fallait résister à Senna van Soelen. Au passage de l’épingle, il a fait une ultime tentative pour me dépasser, mais j’ai pu habilement résister. Je dois reconnaître que durant le dernier tour, et les derniers mètres, j’ai attentif à tout, car je ne voulais pas que cette victoire m’échappe une nouvelle fois.’’ 

 

Résultat : 1. Philippe Huart, 13 tours ; 2. Senna van Soelen, à 1.125 ; 3. Kobe Pauwels, à 1.891 ; 4. Veeti Rajala, à 2.253 ; 5. Aleksander Olejniczak, à 4.190 ;6. Giovanni Van Lil, à 11.751 ; 7. Sen Roodeburg, à 11.751 ; 8. Stefan Barewijk, à 266.599 ; 9. Wim Coekelbergs, à 30.258 ; 10. Esmee Kosterman, à 31.032 ; 11. Filip Zagorski, à 31.837 ; 12. Tom Feyaerts, à 33.434 ; 13. Benjamin Abeloos, à 52.912 ; 14. Kristoff Cox, à 1 tour ; 15. Tomas De Backer, à 3 tours ; 16. Gianni van de Craats, à 7.192 ; 17. Geoffrey Vanspringel, 6 tours ; 18. Alan Czyz, 4 tours.  

  

Course 2 : Tomas De Backer l’emporte dans le dernier tour 

 

Sans Gianni van de Craats (moteur cassé en Course 1), Senna van Soelen était le plus prompt à s’élancer, devant les chasseurs et équipiers de toujours que sont Philippe Huart et Tomas De Backer, tandis que le poleman Kobe Pauwels loupait son envol pour se retrouver en 5ème position. Après deux tours, le duo Huart-De Backer croisait le fer avec le Hollandais et prenaient l’avantage, ce dernier sentant le souffle d’un Kobe Pauwels qui s’était repris, du Polonais Aleksander Olejniczak et de Giovanni Van Lil. Derrière les leaders, Wim Coekelbergs emmenait un petit groupe dans lequel Geoffrey Vanspringel, Tom Feyaerts, Stefan Barewijk, Esmée Kosterman et Benjamin Abeloos un peu plus loin.  

 

A partir du troisième tour, Huart, De Backer, van Soelen et Pauwels se retrouvaient dans un mouchoir de poche, le pilote de la Ford Peerlings #98 se retrouvant plus souvent qu’à son tour aux commandes, tandis que Kobe Pauwels devait concéder du terrain au Néerlandais de Bas Koeten Racing. Philippe Huart gardait la tête froide, restant leader de ce groupe de cinq pilotes, dont son équipier au sein de l’équiper Peerlings, De Backer, se montrait le plus menaçant. Lors d’une tentative pour prendre l’avantage au virage Bianchi, tout a failli partir de travers, De Backer estimant qu’il pouvait passer, ce qui obligeait Huart à corriger, évitant de peu l’accident. En visionnant les images, la Direction de Course décidait que le pilote de la #97 Ford Peerlings avait dépassé les limites de la piste, gratifiant le pilote d’un avertissement, mais aussi d’une pénalité pour ‘pilotage inadapté’.     

 

L’incident coûtait quelques places à De Backer, ce qui permettait à Huart de conforter de conforter son leadership. Le suspense allait encore augmenter, jusqu’au dernier tour… Senna van Soelen ne s’avouait pas vaincu, prenant le meilleur sur De Backer et Pauwels, avec le duo Olejniczak-Czyz dans leur sillage. Un tour plus tard, De Backer se retrouvait de nouveau dans le sillage de… Huart, et alors que les deux bolides attaquaient côte à côte le Sacramentsheuvel, il était évident qu’Huart n’avait pas encore remporté sa deuxième victoire du week-end. A l’entame du dernier tour, Huart menait devant De Backer, van Soelen et Pauwels. Ce dernier ne pouvait défendre ses chances dans le dernier tour, souffrant d’un souci de boîte de vitesses. Mais quid devant ? Au passage de la chicane Villeneuve, Tomas De Backer forçait correctement le passage, se propulsant devant Huart, qui perdait sa deuxième place au passage de l’épingle, cédant face au Hollandais Senna van Soelen !    

 

Kobe Pauwels décrochait malgré tout la 6ème place, derrière le duo Olejniczak-Czyz, et au classement belge, sa 3ème place assurait un podium 100% Ford Peerlings.   

 

Du côté belge, Giovanni Van Lil terminait au 4ème rang, devant Tom Feyaerts, Wim Coekelbergs et Benjamin Abeloos. Geoffrey Vanspringel manquait à l’appel après avoir réintégré la pitlane, en proie à des soucis techniques.  

 

Au championnat, Tomas De Backer reste aux commandes avec 71 points, devant Philippe Huart (58), Giovanni Van Lil (48) et Geoffrey Vanspringel (47). Prochain rendez-vous de la Ford Fiesta Sprint Cup les 15, 16 et 17 juillet dans le cadre de Spa Euro Race, sur ce qui est connu comme étant ‘le plus beau circuit du monde’.  

 

Tomas De Backer: “Je savais que j’aurais une ultime chance dans le dernier tour pour tenter de prendre l’avantage de Philippe (Huart). J’avais remarqué qu’en abordant le Sacramentsheuvel, je me retrouvais très près de sa voiture, ce qui me permettait de tenter quelque-chose au freinage de la chicane Villeneuve. Ce qui s’est passé ainsi. Je dois dire que durant toute la course, Philippe s’est ardemment défendu, ce qui signifie qu’il n’était pas évident de prendre l’avantage. C’était parfois un peu limite. Cette victoire fait néanmoins du bien. Cela me permet d’oublier la malchance de la première course, et ce qui n'est pas le moins important, je quitte Zolder aux commandes du championnat, ce qui était mon objectif initial !’’    

 

Classement : 1. Tomas De Backer, 16 tours; 2. Senne van Soelen, à 0.220; 3. Philippe Huart, à 1.002; 4. Aleksander Olejniczak, à 1.622; 5. Alan Czyz, à 1.763; 6. Kobe Pauwels, à 4.074; 7. Giovanni Van Lil, à 11.408; 8. Veeti Rajala, à 12.648; 9. Sen Roodenburg, à 16.705; 10. Tom Feyaerts, à 38.157; 11. Esmee Kosterman, à 38.736; 12. Stefan Barewijk, à 38.963; 13. Wim Coekelbergs, à 50.206; 14. Benjamin Abeloos, à 51.390; 15. Filip Zagorski, à 1.53.173; 16. Geoffrey Vanspringel, 12 tours; 17. Kristoff Cox, 3 tours.             

 

 

 

(communiqué de presse)